Pages

43.632685, 1.475884 / / Accroche-toi ...

Installations dans le cadre de " #CREVE HIVERNALE - DECEMBRE 016 / NO MAN'S LAND / Le terrain ' vague ' ... continuum... "  ***
des sons et
des photos ICI  et
43.632685, 1.475884  / / Accroche-toi ...
la deuxième partie du projet est ici

Réalisation d'un projet in situ pendant une dizaine de jours. Dessins à la plume et encre de Chine / fusain sur des papiers froissés déchiquetés, trouvés sur le lieu. Les dessins sont estampillés "43.632685, 1.475884" coordonnées GPS du terrain vague...


" Ce lieu "interdit au public", jouxtant un camp de Roms et une déchetterie, est assez austère malgré la présence de quelques végétaux, peupliers, champignons, et de rares oiseaux, sol cabossé, cerné de grillages rehaussés de barbelés, couvert de déchets, de verre brisé, de rebuts de la société de consommation, et essentiellement peuplé de chiens qui en ont fait leur territoire et en sont les gardiens. 


** cliquer sur une image pour obtenir un diaporama**

Pour le découvrir et pouvoir dessiner il ne suffit pas d'y trouver du matériel, de se balader, il faut aussi vaincre sa peur pour s'aventurer plus loin ... et se préparer à côtoyer des habitants pas toujours rassurants. 






L'installation / /

Les dessins quand ils sont achevés, sont trempés dans de la cire fondue qui en séchant rigidifie le papier et symbolise l'aspect figé de la situation à cet endroit précis.
Puis ils sont attachés, liés, "accrochés" avec les moyens du bord sur un figuier dénudé, arbre de la générosité et symbole de la volonté de survie, qui trône seul, jeune ambitieux, sur la colline du terrain vague. L'endroit le plus haut duquel on peut visualiser le ciel,  entendre les routes, voies ferrées et rocades environnantes, observer les allées et venues des artistes, des visiteurs, des chiens et des habitants du camp ainsi que les transformations du paysage sous leur action au fil des jours.







La cire rend le papier translucide et tel l'espoir au travers de la misère, les rayons du soleil le jour et des guirlandes lumineuses la nuit les font ressembler à des lampions de fête foraine. Le vent aussi les balance et les fait sonner, et toute cette fantaisie soudaine peut éveiller la curiosité des quelques personnes de passage qui alors, du bas de la butte, n'ont plus qu'à longer un petit chemin bordé de bois peint pour rejoindre l'arbre et ses étranges parements, et parfois se poser à ses pieds sur deux rondins de bois pour discuter ou méditer.

 
Parenthèse de paix.
Cependant il y a la scie; Elle est là, discrète, toujours, sous les lampions, pendue au figuier, symbolisant une menace, latente, rappelant aux rêveurs que l'espoir est futile... 

Retour à la réalité. "



Collages sur blocs de béton / /
 (install Manuel Pomar) 

photo Totoboto San

   
(drapeau Mardi Noir)

(toyage par Upgrayydd Recidive)

La deuxième partie du projet est ICI

*** Merci à Sylvie Récidive initiateur et force vive du projet...
Avec Upgrayydd Recidive, A4 Putevie, Sophie Bacquié, Nadia Von Foutre, Manuel Pomar, Mademoiselle Kat, Mathieu Tremblin, Lurk Warm, Claire Sauvaget, Molo Molo, Mardi Noir, Jean Denant, Annlor Codina, Lucie Laflorentie, Walkind Bati, Butterfly, Don Quickshot, Sid Poliakoff, Roméo and co, les enfants au top, les chiens, Alain... et puis le figuier